⇒  HAGA CLIC AQUÍ PARA LEER LA LLAMADA DE FRANCOPHONE CIVIL SOCIETY CONTRA LA COMERCIALIZACIÓN DE LA EDUCACIÓN [ESPAÑOL]
CLICK HERE TO READ THE CALL BY FRANCOPHONE CIVIL SOCIETY AGAINST THE COMMERCIALISATION OF EDUCATION [ENGLISH]

Le colloque du 15 mars 2016 à l’Organisation Internationale de la Francophonie a permis de fédérer chercheurs, acteurs associatifs et syndicaux autour de la question de la privatisation et marchandisation de l’éducation. Si cette rencontre a marqué la naissance du réseau francophone contre la marchandisation de l’éducation, ce sont les témoignages, expertises et réalités exposés au cours de celle-ci qui ont servi de base pour l’écriture d’un Appel francophone contre la marchandisation de l’éducation. Fondé sur le respect du droit à l’éducation, la prise en compte des acteurs engagés pour le promouvoir et le renforcement du rôle des services publics, cet Appel a pour vocation d’alerter les acteurs de la société civile autant que les gouvernements : il sera adressé aux Etats francophones en vue du XVIe Sommet de la Francophonie à Madagascar en 2016.

Cet Appel a été signé par plus de 300 organisations de la société civile francophones réparties dans une quarantaine de pays allant des Caraïbes à l’Océanie, en passant par l’Afrique, l’Europe et le Moyen-Orient.

Cette mobilisation internationale a permis d’introduire dans la Déclaration d’Antananarivo – rédigée au terme du Sommet de Madagascar – les préoccupations relatives à l’accroissement des acteurs privés dans l’éducation. Les 57 Etats membres de l’OIF, signataires de la Déclaration s’inquiètent au paragraphe 39 du « développement des établissements scolaires et éducatifs à but commercial ».
Ce paragraphe, qui résume une partie des revendications formulées dans l’Appel, est un engagement politique capital. C’est la déclaration la plus forte faite par des chefs d’Etat contre la marchandisation de l’éducation, pour une éducation publique, gratuite et de qualité pour tous et toutes et pour une régulation des acteurs privés de l’éducation.

La reconnaissance explicite du rôle de la société civile reflète l’importance de la mobilisation collective de l’ensemble des signataires de cet Appel au cours de l’année 2016.